Pensées négatives et Crises d’angoisse : comment briser ce cercle vicieux

Pensées négatives et Crises d’angoisse : comment briser ce cercle vicieux

Crises d’angoisse et pensées négatives sont intimement liées. Elles se nourrissent l'une l'autre. Et entretenir l'une entretient l'autre. Sans que vous ne vous en aperceviez. Découvrez comment casser ce cercle vicieux et mettre à mal vos crises d’angoisse.

Pensées négatives et Crises d’angoisse : le cercle vicieux

More...

​Si vous êtes sujet aux crises d'angoisse et que les pensées négatives vous accompagnent au quotidien, j'ai une mauvaise nouvelle pour vous.

Vous ne guérirez pas.

Votre façon de penser est ce qui vous enchaîne à votre situation.

Et il est probable que cette situation empire...

La bonne nouvelle c'est qu'il est possible de changer cela. Et c'est en pensant différemment que la guérison redeviendra possible.

Mais reprenons depuis le début.

La première crise d'angoisse

Tout d'abord, situons le contexte.

Paul est en vacances avec sa famille aux îles Canaries. Le sable est blanc, la mer azur et calme, aucun stress. Siroter son délicieux cocktail et parachever son bronzage sont les activités principales de la journée.

Mais tout à coup, Paul ressent une petite douleur dans la poitrine. Il s'inquiète car son
mal-être s'amplifie rapidement. Son cœur bat à toute allure, il ne contrôle plus sa respiration,
des sueurs froides coulent de son front. Il a l'impression de perdre le contrôle de lui-même,
de devenir fou, il a l'impression que son cœur va exploser.

C'est souvent dans ces circonstances que se déclenche la première crise d'angoisse.

Sans prévenir, dans une situation de calme, sans aucun stress.

D'où une grande incompréhension : Que m'arrive-t-il ? Que dois-je faire ?

C'est à ce moment que le cercle vicieux se met en place.

Le cercle vicieux

La première crise d'angoisse, qui est autant incompréhensible que terrifiante, va plonger la personne dans une peur permanente. La peur de faire une nouvelle crise.

Car pour elle, une crise est un danger de mort et il faut l'éviter à tout pris.

Et cette peur est très sournoise, c'est elle qui alimente l'angoisse qui cause les crises.

Peur de faire une crise -> angoisse -> mal être qui peut générer une crise -> peur de faire une crise -> et ainsi de suite.

Nous avons ici une peur qui s'auto-alimente jusqu'à générer une nouvelle crise. Cela a des conséquences sur la vie de tous les jours.

Pour éviter les situations angoissantes, les personnes ont tendance à :

  • ​Éviter les lieux et les situations qui mettent mal à l'aise : par exemple, prendre le volant, parler en public, se rendre au supermarché, prendre les transports en commun durant les heures de pointe, etc.
  • ​Utiliser des médicaments ou des drogues comme l'alcool pour ne plus ressentir la peur avant d'affronter une situation angoissante : le cas typique est de s'alcooliser avant de faire une présentation ou un exposé qu'on ne peut pas éviter.
  • ​Déléguer des tâches à leurs proches pour éviter les situations stressantes : certaines personnes sont passées maîtres de l'art de manipuler les gens pour leur faire faire ce qu'ils veulent.

​Et cela leur demande une énergie folle de constamment prévoir comme éviter la prochaine situation stressante.

À terme, la peur de faire une crise bloque les personnes chez elles, seul endroit où elles se sentent encore en sécurité.

Vous me direz que je n'ai pas encore parlé de pensées négatives, nous y voilà.

La part des pensées négatives

Cette descente aux enfers porte un sérieux coup à sa confiance en soi ​et à son estime.

Quand la peur est si forte qu'on ne se sent plus capable d'aller acheter une baguette de pain
et qu'on annule systématiquement les sorties entre amis, on ne peut pas envisager un avenir débordant de bonheur et de plaisirs...

"Je suis incapable." "Ce n'est même pas la peine d'essayer, je vais échouer." "Je vais devenir fou et personne ne peut m'aider."

Voici le genre de pensées que ressassent quotidiennement les personnes dans cette situation.

Avec de telles idées, entreprendre la moindre chose a moins de chance de succès que gagner à l'euro million !

On appelle cela de l'auto-sabotage. Même si une personne est capable d'accomplir quelque chose, si elle ne crois pas en elle, elle trouvera des signes qui lui confirmeront ses pensées négatives. Et ainsi elle n'accomplira rien.

Ce qui nous donne le cas de figure suivant : mauvaise croyance de fond -> pensées négatives -> mauvais comportements qui renforcent la croyance.

Et ces comportements induisent en erreur...

Les erreurs courantes

Faire des crises d'angoisse donne toujours lieu à de mauvaises interprétations comme :

  • ​Se croire atteint d'une maladie incurable

​Il est vrai que ne pas comprendre ses sensations laisse imaginer le pire. Les personnes angoissées confondent toujours leurs crises de panique avec des maladies terribles comme un arrêt cardiaque, une tumeur au cerveau, un cancer etc.

D'où les pensées noires qui s'ensuivent : "Je suis condamné à vivre dans la peur toute ma vie.
Je ne guérirai jamais. Ma fin est proche."

En réalité, il n'en est rien.

La bonne nouvelle c'est que les crises d'angoisse, bien que très violentes, ne sont pas dangereuses pour la santé. Ce n'est ni une maladie physique, ni une maladie mentale. On ne peut pas en mourir.

  • ​Éviter les situation angoissantes et stressantes

​À partir du moment où l'on sait que les crises ne sont pas dangereuses pour la santé, il faut recommencer à sortir. Quitte à angoisser.

C'est en affrontant ses peurs encore et encore qu'on arrive à reprendre le dessus sur ses émotions.

  • ​Constamment surveiller ses sensations

​C'est un réflexe qui vient de la peur des crises. La moindre petite sensation inhabituelle pouvant générer de l'inquiétude, elle représente un risque potentiel de crise.

Les crises n'étant pas dangereuses, il faut réapprendre à accepter ses sensations et ne plus focaliser dessus sans cesse.

Voyons maintenant les méthodes à suivre pour s’en sortir.

Comment ​s'en sortir ?

S'éduquer sur l'angoisse et ses crises

C'est la première chose à faire.

Commencez par consulter un médecin spécialiste qui va vous rassurer sur vos craintes de maladies graves. Puis apprenez tout ce que vous pouvez sur les mécanismes de l'angoisse.

Prendre des médicaments

Les médicaments comme les antidépresseurs sont souvent prescrits en cas de forte angoisse.

Ils soulagent et stoppent les pensées négatives la plupart du temps. Mais ils ne traitent que les symptômes. Ils peuvent vous apaiser au début mais ils ne sont pas suffisants pour guérir.

Utiliser des produits naturels

Certaines plantes comme la camomille ou les fleurs de Bach ont des effets apaisants.

Mais comme pour les médicaments, ils peuvent soulager temporairement mais pas plus.

Avoir une bonne hygiène de vie

Les crises d'angoisses sont un signal d'alarme du corps qui a subi trop de stress durant les derniers mois.

Même si une crise peut se déclencher pendant un moment calme, en vacances par exemple, il faut remonter dans le temps pour identifier différentes sources de stress.

Réapprendre à dominer sa peur en situation

Cela prend du temps, mais c'est un passage obligé. Rester bloqué chez soi n'est pas une vie acceptable.

Se faire aider

Trouvez des personnes sur qui vous pouvez compter, c'est très rassurant quand on a peur de faire une crise.

Et vous l'avez compris, il est crucial d'abandonner ses pensées négatives.

L'importance des pensées positives

Une citation à laquelle je crois dur comme fer dit :

"Si une première personne vous dit "Je suis capable" d'accomplir quelque chose et qu'une deuxième vous dit "Moi je ne le suis pas". Et bien en général les deux disent la vérité !"

Pour atteindre des objectifs ambitieux comme reprendre le dessus sur ses crises d'angoisses,
il est indispensable de changer sa façon de penser. Bien sûr, adopter des pensées positives ne se fait pas du jour au lendemain.

Je vais vous donner un exemple personnel à ce propos.

Il y a quelques temps j'ai dû organiser tout seul des concerts à l'étranger pour mon groupe de musique. Je n'avais jamais fait cela de ma vie, et j'avais six mois pour trouver une dizaine de dates.

Je pouvais me dire que je n'allais pas y arriver, surtout que dans 95% des cas je recevais des réponses négatives voire pas de réponse du tout. Mais je n'avais pas le choix, si je ne l'avais pas fait, mon groupe n'aurait pas survécu. J'ai dû me répéter tous les jours que j'allais y arriver jusqu'à ancrer cette croyance en moi et en ne relâchant pas mes efforts.

Résultats des courses, j'ai réussi à planifier 7 dates et nous avons passés des concerts magiques en Allemagne et en Belgique.

C'est un très bel exemple du pouvoir des pensées positives (et du travail bien sûr !).

Conclusion

Si vous ne deviez retenir qu'une seule chose de cet article, c'est que vos pensées déterminent votre futur.

On peut se débarrasser de ses crises d'angoisse et de la peur qu'elles génèrent. Alors soyez persuadés que vous aussi vous allez y arriver, et agissez.

Je ne dis pas que ce sera facile, cela va prendre du temps, mais en commençant aujourd'hui par une simple action comme prendre rendez-vous chez votre docteur, ou lire un livre sur les crises d'angoisse, vous vous mettrez sur la bonne voie.

J'espère vous avoir aidé et je vous souhaite bon courage !

A propos de l'auteur : Sylvain Spanu

Sylvain Spanu, auteur et blogueur, aide les personnes angoissées à surmonter leurs peurs et à reprendre leur vie en main à travers son site. En particulier les personnes hypocondriaques et agoraphobes.

Vous avez aimé ? Partagez !

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply:
suscipit accumsan at amet, lectus dolor. libero